L'invité de la semaine: Florent Yozan

lundi, novembre 17, 2014

Florent Youzan: « Lorsqu’on travaille seul on va vite, mais lorsqu’on travaille à plusieurs, on va très loin. »



M. Florent Yozan


Chers lecteurs, cette semaine  nous avons pour invité M. florent Youzan alias « papa jerry ».
Florent Youzan est informaticien et spécialiste en transformation sociale par les logiciels libres.

Pour mieux découvrir notre invité, nous lui avons posé trois questions surprises. Eh oui c’est la coutume par ici lol !
                                                                                      
Bonjour M. Florent Youzan, merci d’avoir accepté notre invitation. En tant que spécialiste en transformation sociale, pouvez-vous nous donner votre définition du travail collaboratif ?


Ok (avec un sourire)
On parle de travail collaboratif lorsque plusieurs personnes entremêlent leur profil, leur compétence et décident de travailler ensemble sur leur différents projets .Chacun bénéficie des compétences et techniques de l’autre afin de créer un produit qui émane du bien qu’ils auront au préalable construit et qui est basé sur leur expérience.


J’apprécie votre définition, cependant quel est l’intérêt du travail collaboratif pour l’Afrique ?


Oui oui (avec un air sérieux)
L’Afrique gagnerait à mutualiser les compétences de sa jeunesse. Lorsqu’on travaille seul on va vite, mais lorsqu’on travaille à plusieurs, on va très loin.
Tout ceci pour dire que le travail collaboratif est vraiment une aubaine .Il faut qu’on arrête de former notre jeunesse de manière divisé mais  plutôt les appeler à travailler en collaboration.
Il faut changer les choses et former la jeunesse africaine dans l’entraide, ainsi demain ils travailleront donc naturellement dans la collaboration et l’entraide.

Petite question personnelle, pourquoi avez-vous choisit le combat du logiciel libre ?

Eh bien ,  je n’ai  choisit le combat du logiciel libre.
J’ai juste réalisé que le logiciel libre est un acte stratégique du développement numérique de l’Afrique.
Il véhicule des valeurs que nous devons enseigner parce que c’est ce qu’il faut pour amorcer la réinvention numérique de notre continent.


Quel conseil pour ces jeunes qui vous voient  aujourd’hui comme un exemple ?


Rire, (cela fait plaisir de voir qu’on est aussi  exemple)
La jeunesse africaine doit comprendre que le développement numérique passe par elle. L’appel que j’ai à lancer c’est que la jeunesse se mette en mouvement et croit en elle et aux différentes valeurs que présente le logiciel libre.
 Je reste convaincu que le développement numérique sera mené par deux acteurs : la jeunesse et les logiciels libres.



Edwige Gbogou





You Might Also Like

0 commentaires

Popular Posts

Like us on Facebook

Instagram